Interview : Antoine Gripay de Studio Katra

antoine-gripay-katra-interview-edito-du-fauteuil

Pour ce troisième rendez-vous, l’Edito du Fauteuil est parti à la rencontre d’Antoine Gripay, Design Manager et fondateur du studio Katra.

Bonjour Antoine !

Salut le Fauteuil !

Peux-tu nous raconter ton parcours et nous éclairer un peu sur ton métier ? 

Mon parcours a débuté et se poursuit à Nantes, la ville où je suis né et où j’ai créé le Studio Katra il y a un peu plus de 4 ans désormais. J’ai quitté cette ville en 2008, pour étudier à l’étranger. Ma première destination fut le nord de l’Angleterre et la ville étudiante d’Huddersfield près de Manchester. À cette époque, j’avais déjà quelques projets en tête et la maîtrise de la langue en faisait partie, alors quoi de mieux que de se rendre chez les chtis Anglais !  C’est au cours de mon Bachelor Commerce Européen que j’ai pu appréhender pour la première fois le design management et le design thinking. J’ai rejoint ensuite l’université de Brunel (West London) pour une dernière année de master en design stratégie et innovation, validée en 2009.

Après mes études et de retour à Nantes, je me suis lancé dans une nouvelle aventure avec la création du Studio Aparte devenu par la suite Studio Katra. L’idée était simple : faire le lien entre le monde de l’entreprise et celui du design en me positionnant comme trait d’union entre ces deux sphères. Aujourd’hui aux côtés de Camille et Pierro, je suis en charge du suivi et de l’avancement des projets. Je fais le lien entre la création artistique et la viabilité commerciale du projet.

Mon métier est assez complet puisqu’il s’étend de la tenue d’une comptabilité à la rédaction de cahier des charges design en passant par le management, la communication, le commerce et parfois la réalisation de projets sur le terrain. Un poste sur mesure qui me permet de toucher à de nombreuses disciplines comme le design industriel, le graphisme, l’art, le graffiti et le numérique.

Tu nous parles de la signification de Katra ?

Katra est le nom du premier projet réalisé par l’agence, une chaise fabriquée initialement en ortie puis en lin. Cette chaise a été et continue d’être un de nos exemples de design les plus probants. Elle véhicule l’état d’esprit de l’agence en matière d’innovation mais aussi d’engagement éthique et esthétique. C’est également un projet pour lequel il a fallu rassembler un certain nombre de compétences, une pluralité disciplinaire en quelque sorte, une pratique que nous affectionnons particulièrement au sein de l’agence.

katra-chaise-ortie-lin-edito-du-fauteuil

Peux-tu nous expliquer ce qui se cache derrière les petits points de braille sous le logo de Katra ?

Le braille incarne un certain nombre de valeurs ou états d’esprit défendus par l’agence. Par exemple la simplicité, un alphabet braille est constitué uniquement d’une matrice de six points répartis sur deux colonnes. Mais aussi la sensorialité avec le toucher inhérent à ce langage et à notre métier. Enfin pour nous Louis Braille est un véritable designer qui a su répondre à un enjeu de société par une solution universelle, simple et durable presque deux siècles plus tard. C’est pour nous une véritable source d’inspiration.

Tu collabores souvent avec des Street Artistes Nantais (Korsé, Ador…), d’où te vient cette attirance pour cette forme d’art ?

Oui effectivement ces dernières années nous avons réalisé un certain nombre de fresques avec Korsé et nous en préparons d’autres notamment sur l’île de Nantes avec Ador. D’ailleurs petite parenthèse, plutôt que Street Artistes, il conviendrait de parler d’artistes, de peintres, de sculpteurs, ou encore de dessinateurs puisqu’ils évoluent sur de nombreux supports et pour des lieux très différents.

Mon attrait pour le graffiti remonte à une dizaine d’années lorsque je parcourais les friches Nantaise avec Sank, Doze et d’autres amis Orvaltais. On se rendait dans des endroits aujourd’hui complètement réaménagés comme les nefs des machines de l’île, la trocante, les fonderies etc. C’est dans ces lieux que je suivais les fresques de Korsé, Ador et d’autres artistes. Quelques années plus tard, nous avons eu l’opportunité de travailler ensemble pour la fresque de Trempolino et La Grande Éponge. Avec le graff, un champ de création nouveau s’est ouvert à moi, il était désormais possible de dire beaucoup de choses et d’interagir dans l’espace public. La pratique en elle même est aussi différente du design, il y a une liberté plus grande et un processus de création accéléré, le graff même préparé reste très spontané et imprévisible.

La Grande Éponge

La Grande Éponge

Parle-nous des nouveaux projets de Katra, (ou d’un des projets qui te tient particulièrement à coeur) ?

Nous préparons actuellement une exposition avec La Galerie Montesquieu à partir du 16 Avril 2015 près du muséum d’histoire naturelle de Nantes. Nous présenterons nos pièces de mobilier et des nouveautés qui se mêleront à l’univers onirique des peintures et dessins d’Ador et Sémor.

Nous allons également réaliser des workshops avec les étudiants du Pôle des Arts graphiques de la Joliverie en vue de la création d’une fresque graffiti collaborative au coeur du Quartier de la Création.

En dehors du graff, d’autres créations sont à venir : jeux pour enfants, urnes funéraires, marques, affiches culturelles etc…

Pour toi, quelle sera la tendance phare du design en 2015 ? 

Tendance ? Pourquoi faire ? Aucune idée !

Tu en as vu passer des stagiaires avec tes compères, une petite anecdote à nous raconter ? 

Oui des anecdotes nous en avons quelques unes ! Comme réveiller un stagiaire en pleine sieste dans le Hamac du balcon avec une casserole d’eau, il se reconnaîtra ! Nos 4 années ont été riches en rencontres et rythmées par de bons moments entre les burgers au Melting Potes, les soirées jeux au studio, les shootings photos, les visites d’expos et les amitiés naissantes. Les autres histoires croustillantes on les garde bien au chaud dans les archives…

studio-katra-edito-du-fauteuil

 

 




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre