Interview : Emmanuel Flatrès de DDB Nouveau Monde

emmanuel-flatres-edito-du-fauteuil-interview-ddb-nouveau-monde

Pour l’interview mensuelle, la deuxième du genre, l’Edito du Fauteuil a interrogé Emmanuel Flatrès, membre de l’équipe de DDB Nouveau Monde.

Bonjour !

Quel est ton parcours et ton rôle au sein de DDB Nouveau Monde ?

Mon diplôme d’école de commerce en poche, je n’avais pas envie de faire comme tout le monde et m’installer à Paris. Je voulais travailler en agence de publicité mais à l’étranger et plus précisément au Québec. Pourquoi ? Parce que ça avait l’air bien tout simplement ! Je ne me suis pas trompé et j’y suis d’ailleurs resté au total 4 ans, dans 2 belles agences où j’ai successivement été chargé de développement puis chargé de projet notamment pour le compte d’Air Canada. Des expériences géniales ! Mais il faut croire que la « douceur » de l’hiver sur la côte atlantique française me manquait et j’ai refait mes bagages pour me poser à Nantes. J’ai eu la chance de très rapidement pouvoir intégrer Nouveau Monde DDB Nantes où je suis responsable du développement depuis 1 an. Mon rôle ? Tout faire pour valoriser le travail de l’agence, faire en sorte que des annonceurs nous plébiscitent et gagner des appels d’offres.

Tu as travaillé à Bleublancrouge, une agence de publicité à Montréal, une anecdote amusante à nous raconter de ton expérience là bas ?

Il y en a plein ! Pour le Français que je suis, chaque jour apportait son lot de (bonnes) surprises : les soirées où tout le monde restait à l’agence pour regarder les play-offs de hockey avec une ambiance plus électrique qu’une finale de coupe du monde de foot… les dégustations de crabe des neiges et la fameuse fois où j’ai fait un benchmark complet sur les chaînes de télé et les sites web « de charme » (pour rester correct) pour une nouvelle chaîne de tv canadienne dont nous devions accompagner le lancement. Franchement, de purs souvenirs !

Tu es passé à DDB Paris, puis dès ton retour du Canada, tu as intégré DDB Nouveau Monde à Nantes, alors peux tu nous raconter ce que c’est pour toi l’esprit Bill Bernach (pour les lecteurs de l’Edito, il est le B de DDB) ?

DDB Paris en tant que chef de pub c’était mon stage de fin d’études, une expérience ultra-formatrice où il ne vaut mieux pas avoir les 2 pieds dans le même sabot (désolé, expression bretonne, on ne se refait pas). Cet esprit DDB si cher aux agences éponymes, c’est la raison pour laquelle des annonceurs nous engagent, c’est notre valeur ajoutée. Une autre idée du rôle de l’agence où on doit pousser plus loin la créativité pour mieux raconter l’histoire des marques que l’on sert, au service de leur business. Oui je crois qu’il s’agit vraiment de raconter la bonne histoire de la meilleure façon qu’il soit. En tout cas, c’est ce qu’on essaie de faire chaque jour ici.

 Quelle est la campagne de communication qui t’a le plus marquée (point de vue positif ou négatif) ?

Il y a ce spot pour l’agence de la Biomédecine sorti l’année passée. Rien d’extraordinaire d’un point de vue réalisation mais une idée géniale en TV : des acteurs connus demandent directement aux gens de clarifier leur situation sur le don d’organes, là tout de suite, devant leur TV avec celui ou celle avec qui ils sont assis. S’ils sont seuls, ils n’ont qu’à décrocher leur téléphone ou envoyer un message avec leur accord explicite. Qui ne regarde pas la télé avec son smartphone aujourd’hui ? Une solution immédiate pour pallier aux dons d’organes encore insuffisants.

Un petit mot sur le projet dont tu es le plus fier ?

Ma plus grande fierté c’est quand mon travail (et celui de toute l’agence) paye et que des marques qu’on aime nous choisissent. C’est aussi vrai bien sûr quand le travail de l’agence est récompensé par des prix. On fait tout pour que 2015 soit un bon crû de ce côté là !

Dans les agences, il y a souvent des « charrettes »mythiques, en as-tu vécu une que tu pourrais nous raconter ?

J’ai connu quelques bouclages de dossiers de candidature et des présentations orales achevés vers 23h mais pas de mythique charrette avec option nuit blanche. Une case qui reste encore à cocher sur la to do list de ma vie.

Il y a quelques mois, l’agence DDB Paris s’est installée dans de nouveaux bureaux qui ont fait parler les internets. À Nantes, les locaux sont assez sympas aussi, tu nous fais découvrir votre univers  ?

C’est vrai qu’on a un cadre de travail plutôt sympa ! Voici quelques photos pour vous le faire découvrir mais le mieux, c’est d’y venir. On ne mord pas, promis.

DDB-nantes-nouveau-monde-edito-du-fauteuil ddb-nouveau-monde-nantes-edito-du-fauteuil




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre